Ces trois lanceurs d’alerte qui n’ont pu éviter le crash d’Atos

Ces trois lanceurs d’alerte qui n’ont pu éviter le crash d’Atos
Reportée à de multiples reprises, la nouvelle est enfin tombée ce 11 juin 2024. Le conseil d’administration d’Atos a opté pour une reprise du mastodonte français de l’informatique par David Layani, patron d’une entreprise bien plus petite, Onepoint. Cet épilogue conclura difficilement la longue descente aux enfers de ce groupe aux 95 000 salariés. Dans une bande dessinée exclusive, la revue « XXI », qui vient de paraître en librairie, dévoile le parcours des trois vigies qui n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme. En vain.
Publié le 11 juin 2024

Souffrant d’une gouvernance défaillante, Atos qui réalise un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros et emploie 95 000 salariés dans le monde, n’a pu surmonter un surendettement de 5 milliards d’euros, et a vu son cours de bourse chuter de 100 € l’action en 2017 à…1,7 € en mars 2024. Or, les ordinateurs d’Atos servent à déclarer nos impôts, gérer nos hôpitaux, verser nos allocations familiales, prévoir la météo, etc. Entre Paris et la Thaïlande, trois hommes, chacun de son côté, n’ont cessé d’alerter sur le désastre à venir : un blogueur, un consultant et un syndicaliste. Le journaliste Robin Carcan et le dessinateur Samuel Figuière racontent pour XXI leur histoire en BD.

Une BD exclusive
Couverture Nouveau numéro
Nouveau numéro
Plongez -vous dans ce récit passionnant en lisant le numéro d’été de « XXI ».
La boutique

Le blogueur en Thaïlande

Pendant des mois, Marc, un paisible retraité installé en Thaïlande, a donné des sueurs froides aux dirigeants d’Atos. Informé par de hauts cadres du groupe informatique, il a continuellement dénoncé sur son blog les erreurs stratégiques d’une entreprise endettée au-delà du raisonnable, et dont le cours de bourse dévissait de jour en jour.

L’homme de l’ombre

« Hector » – un pseudo –, a préféré pour sa part rester anonyme. Ce consultant dans le secteur de la défense a une seule obsession : aider à préserver les intérêts souverains de la France. Il ne veut pas du découpage d’Atos dont les super-ordinateurs sont indispensables à la dissuasion nucléaire française. Et se bat pour que ce fleuron de la technologie ne soit pas soit racheté par un investisseur étranger. Ce fin connaisseur du dossier rencontre donc un journaliste de LA LETTRE et de XXI, écrit au ministre de la Défense et court les cabinets ministériels.

Le syndicaliste CGT

Salarié d’Atos depuis vingt ans, Dominique est, quant à lui, responsable syndical CGT. Au gré des vicissitudes qu’a connues le groupe depuis l’arrivée en 2009 de l’ancien ministre Thierry Breton, à la tête d’Atos, il est devenu un véritable spécialiste des comptes de l’entreprise et de sa stratégie. S’appuyant sur des rapports d’experts, il dénonce les plans de réorganisation qui se succèdent, sans que l’entreprise parvienne à surmonter des difficultés qui s’aggravent.

Chute de l’action, accumulation de dettes… Un seul graphique montre l’ampleur de la chute depuis 2017.

Ce récit exclusif est à découvrir dans le numéro de XXI, actuellement disponible en librairie, en points Relay et dans notre boutique en ligne.

Découvrez le nouveau numéro de « XXI »

Cette bande dessinée sur le crash d’Atos est à lire dans le dernier numéro de XXI. Vous pourrez notamment y découvrir :

  • Un dossier sur les liens entre sport et luxe. Pourquoi LVMH raffole-t-il des sportifs ? Comment Kylian Mbappé, à seulement 25 ans, a révolutionné les codes des partenariats entre sportifs et marques de luxe ?
  • Un portfolio testostéroné. L’incroyable business des libérations sous caution aux États-Unis.
  • Un entretien éclairant. L’historien des sciences Jean-Baptise Fressoz explique pourquoi, selon lui, « la transition énergétique n’existe pas ».
  • Un témoignage protecteur. Grâce à un notaire de Metz, on peut désormais protéger un arbre par testament. Cet amoureux des forêts raconte son parcours et comment il est parvenu à créer un nouveau droit.
La sélection de la rédaction
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Reportage le long d'un cours d’eau intermittent jurassien, qui concentre sur 60 km de forts enjeux écologiques et de politiques publiques.
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
L’énergie hydraulique n'a jamais divisé autant que les énergies fossiles, selon Julien Marchesi, spécialiste en histoire environnementale.
Histoires d’eau
Histoires d’eau
Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’eau qu’il n’y a pas de rivière, a découvert la journaliste Catherine de Coppet.
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
Déambulation avec les photographes Manuela Schirra et Fabrizio Giraldi sur le dernier fleuve européen vierge de toute intervention humaine.