Revue XXI n°65

Sport & luxe

Tandis que la mode se convertit au sportswear pour satisfaire une clientèle plus jeune et renouveler ses valeurs, les sportifs deviennent des égéries exigeantes. Un rapprochement entre deux univers longtemps irréductibles qui encourage notamment la contrefaçon des sneakers de marque. Ou l’essor des clubs de sport premium, dans lesquels les plus fortunés trouvent une autre façon de se distinguer.
Été 2024
Sport & luxe

Ceci n’est pas une publicité. C’est un post Instagram. Une photo de l’anniversaire de Kylian Mbappé. Il se trouve que le sportif porte un pull Dior – impossible de rater le logo. Et que ledit pull est épuisé le lendemain. Mbappé le reconnaît lui-même, il a perdu sa « spontanéité ». Mais au moins, lui, porte des vrais.

Car ceci n’est pas une paire de Nike. Certes, elles y ressemblent ; peut-être sortent-elles des mêmes usines, au Viêtnam. Mais les sneakers sont faciles à contrefaire. Les amateurs s’y perdent. Aussi certains vont-ils jusqu’à rechercher des fausses, parfois de meilleure qualité. Mais pas pour faire du sport. Hors de question de suer en survêtement de nos jours. C’est le principe du sportswear, dans lequel s’engouffrent les marques de luxe, pour séduire leurs nouveaux marchés, plus jeunes, en Asie.

Ceci n’est pas une salle de sport, d’ailleurs. Les vestiaires ont des airs de hammam d’hôtel 4 étoiles, et l’accueil évoque plutôt un salon VIP d’aéroport, avec wi-fi et smoothies. C’est le service qui permet aux marques de se distinguer désormais. Car un paradoxe les guette : comment conserver la valeur – et donc le prix – de produits dont la production est de plus en plus industrialisée ?

Dans ce numéro « Ceci n’est pas », nous déclinerons : « Ceci n’est pas un fleuron industriel », sur la débâcle du géant Atos ; « Ceci n’est pas une rivière », au chevet de l’Albarine, cours d’eau intermittent très surveillé ; ou encore « Ceci n’est pas un départ », à propos du rêve sans cesse repoussé de Jean Bouchet, alpiniste navigateur, qui va partir, c’est sûr, cette année aux Malouines retrouver son père spirituel.

Bonne lecture.

À lire en ligne

Comment le street art est entré à l’Élysée
Macron et l’histoire secrète de sa Marianne (1/2). Une toile street art trône à l’Élysée depuis 2017. Sa provenance intriguait…
La nuit où tout a basculé à Niamey
Bazoum (1/2). Le 26 juillet 2023, le président nigérien est renversé. Récit d’une débâcle française au Sahel.
À New York, la liberté en primes
Clara Vannucci s’est immergée dans un univers testostéroné des garants professionnels qui financent la libération sous caution de prévenus.
« La transition énergétique n’existe pas »
L’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz invite à modéliser une vraie décroissance.
La forêt de Sologne en voie de privatisation
En Sologne, la forêt est à 90 % privée, et les chemins communaux qui les traversent le deviennent aussi petit à petit.
« L’arbre comme symbole de l’étranger »
L'Islandaise Auður Ava Ólafsdóttir évoque le sycomore de sa grand-mère, et les sept sapins plantés par sa mère sur la rocaille à Reykjavik.
S’abonner à XXI
« XXI » est une revue née en 2008.
Indépendante, sans publicité, elle propose à ses lectrices et lecteurs
des reportages et des enquêtes à dévorer comme des romans.