À Riyad parano, « les gens ont peur de parler »

Écrit par Clément Fayol
À Riyad parano, « les gens ont peur de parler »
Publié le 30 juin 2024

Partout à Riyad, de l’hôtel Ritz Carlton dans l’ombre du Palais royal, à la fameuse tour Kingdom, jusque dans les cafés du centre des affaires en construction, il a fallu attendre. En espérant que chaque rendez-vous ne soit pas annulé à la dernière minute. Les langues se sont parfois déliées tard le soir, ou au milieu de la nuit autour d’un narguilé, voire dans le salon d’un hôtel.

Depuis l’affaire Khashoggi, en 2018, les officiels saoudiens nourrissent une peur panique des journalistes. L’élite locale est de manière générale peu encline à être questionnée, et tout à fait indifférente à la France. Elle considère la presse, qui arrive dans les bagages des grandes entreprises anglo-saxonnes, tout au plus comme un levier de communication à activer lorsqu’une personnalité officielle veut s’exprimer. Nouer des relations avec les dignitaires du pays, quand on est journaliste, n’est cependant pas impossible. Mais ça demande de la patience, beaucoup de patience.

Domaine réservé

À Riyad, Paris, Dubaï ou Doha et précédemment à Tunis, Beyrouth et Rabat, j’ai rencontré une quarantaine de personnes pour discuter du Public Investment Fund (PIF). Tous mes interlocuteurs ont demandé à parler sous couvert d’anonymat, ce qui témoigne du fait que le fond souverain fait partie du domaine réservé.

Je me suis engagé à ne mentionner aucune négociation en cours ni document consulté. Je suis également resté vague sur certaines anecdotes pour protéger les témoins. « Lisez ça, vous comprendrez pourquoi les gens ont peur de parler », m’ont écrit plusieurs de mes interlocuteurs qui m’ont fait suivre, après s’être un peu trop épanchés, des articles à propos des menaces de peine de prison que le pouvoir saoudien a envoyées récemment aux consultants occidentaux.

Conquête du monde, le plan saoudien
Cent ans après sa création sous la coupe des États-Unis, l'Arabie saoudite inverse le rapport de forces, et commence à inquiéter…
Les Émirats arabes unis, un petit voisin au gros pouvoir d’attraction
Les businessmen du monde entier récoltent des fonds en Arabie saoudite, mais s’installent dans la fédération voisine, plus libérale.
La sélection de la rédaction
Mon nom est Légion
Mon nom est Légion
Ils ont traversé la planète pour intégrer la Légion étrangère. Plongée dans le quotidien extrême des recrues avec le photographe Fred Marie.
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Pour le général de corps d'armée Bruno Clément-Bollée, le coup d'État est d'autant plus mal tombé que l’armée avait trouvé sa juste place.
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Aux portes d’un Sahel chaotique, le président guinéen tente une nouvelle voie diplomatique, entre France et Russie. Mais rien ne va plus.
À Conakry, un président sur ses gardes
À Conakry, un président sur ses gardes
Réaliser le portrait de Mamadi Doumbouya n’a pas été simple. Ses proches conseillers ont accepté de témoigner anonymement.