Enquête  |  Pouvoirs

L’ascension d’un discret oligarque

Écrit par Clément Le Foll et Alexander Abdelilah Illustré par Rocco
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
L’ascension d’un discret oligarque
L’ascension d’un discret oligarque
Épisode 1
L’ascension d’un discret oligarque
Rapidement, nos enquêteurs associent un nom, Samvel Karapetyan, et une propriété, la Villa Maria Irina. Quels liens les unissent ?
En cours de lecture
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Épisode 2
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Qui se cache derrière Samvel Karapetyan, et pourquoi la pluie de sanctions européennes le contourne-t-elle ?
Après le déclenchement de la guerre en Ukraine en février 2022, nos enquêteurs se lancent à l’assaut de montages financiers dissimulés derrière les propriétés azuréennes. Ces « schémas d’acquisition » permettent aux propriétaires d’échapper aux sanctions européennes. Rapidement, le nom d’un milliardaire russo-arménien émerge, accolé à celui de la Villa Maria Irina : Samvel Karapetyan. Qui est donc le plus secret des oligarques francophiles ?

Pour les promeneurs et les coureurs, le sentier des douaniers offre un point de vue unique sur la principauté de Monaco et la baie de Roquebrune. De la plage du Golfe Bleu à la pointe du cap, il longe sur plusieurs kilomètres les roches érodées du cap Martin. Pour les journalistes, ce chemin est l’un des rares endroits d’où entrevoir la silhouette de l’une des demeures les plus chères de la Riviera : la Villa Maria Irina. En levant la tête à s’en tordre le cou, on distingue en haut de la falaise, entre les pinèdes, les contours du bâtiment principal de style Belle Époque. Si on imagine bien le panorama époustouflant que ses multiples terrasses doivent offrir, on ne voit rien du faste que renferme le terrain de plus de trois hectares : une piscine olympique, un court de tennis, un héliport, un spa, un sauna, une cave à vin, une salle de sport, une villa principale de plus de 1 100 mètres carrés et une maison d’invités avec sept chambres et piscine.

Enquêter sur ce domaine, c’est pénétrer dans les coulisses de la vie hors de mesures de l’oligarchie russe, à peine troublée par le déclenchement d’une guerre à quelque 2 300 kilomètres de là. Et, ce, alors même que toute la galaxie du pouvoir est tombée petit à petit sous le coup des sanctions prononcées par l’Union européenne depuis le début de la guerre du Donbass en 2014. Un monde où un bien estimé à 120 millions d’euros n’est qu’un investissement immobilier parmi d’autres, mis en location à plusieurs centaines de milliers d’euros la semaine. Un monde où une enquête préliminaire de la justice française – qui soupçonne le propriétaire de « blanchiment aggravé » dans l’acquisition de la villa et d’avoir dissimulé le réel bénéficiaire derrière un montage fiscal complexe – n’a que peu d’incidence sur le quotidien de ses habitants. Un monde où une ancienne vendeuse de yachts devenue concierge de luxe est chargée de la gestion de la demeure, entre deux caprices de ses clients – « l’un d’entre eux a exigé un dauphin dans sa piscine pour l’anniversaire de sa fille ». C’est aussi esquisser l’organisation d’un lieu digne d’un palace, avec son chef cuisinier privé – débauché au ministère de la Culture français – et son armée de majordomes. C’est replonger dans les souvenirs d’une riveraine qui décrit un « navire de guerre amarré à proximité et éclairant la villa la nuit », ou ceux d’une ancienne intendante se remémorant « les employés sur le qui-vive à 2 heures du matin quand des invités débarquent en hélicoptère ».

Enquêter sur la Villa Maria Irina, c’est s’immerger dans un mélange de secret et d’exubérance. Un bon résumé de la personnalité de son propriétaire, jusqu’auquel nous sommes remontés derrière un feuilletage complexe de sociétés. Samvel Karapetyan, l’homme le plus riche d’Arménie, dont le destin et la fortune se révèlent étroitement liés à l’entreprise la plus puissante de Russie : le géant de l’énergie Gazprom. Et dont la vie de voisin tranquille ferait presque oublier les liens troubles qu’entretiennent Bruxelles et Moscou, dont le précieux gaz a longtemps aveuglé les dirigeants européens.

Sa fortune a doublé en un an

Le ministre de l’Économie français avait prévenu, quelques semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie : la France et l’Union européenne allaient « livrer une guerre économique et financière totale à la Russie », afin de « provoquer l’effondrement de l’économie russe ». Les mesures devaient faire mal, notamment au secteur de l’énergie. Des mots rapidement suivis d’effet : treize paquets de sanctions européennes plus tard, plus de 1 700 personnes et 400 entités font l’objet d’interdictions de voyager en Europe et de gel de leurs avoirs. Dans ce déluge, des actionnaires de Gazprom, des membres de son conseil d’administration, et même des groupes paramilitaires financés par la société russe ont été ciblés. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Samvel Karapetyan est passé entre les gouttes et échappe encore et toujours au courroux de Bruxelles. Pourtant, son ascension fulgurante, du poste de simple directeur d’usine dans les années 1990 au statut de magnat de la construction moscovite et de relais politique du Kremlin en Arménie, est indissociable du groupe énergétique russe et des contrats mirifiques accordés à ses sociétés par le clan d’Alexeï Miller, son tout-puissant patron.

Le réseau politique de Karapetyan est en effet aujourd’hui bien étoffé. L’homme d’affaires est publiquement désigné par le ministère de la Défense ukrainien comme soutien d’une milice russe qui recrute dans les prisons du pays. Il est également réputé proche du ministre de l’Intérieur russe, Vladimir Kolokoltsev, même si cette proximité, confirmée par des travaux de chercheurs spécialisés sur la Russie, reste difficile à confirmer. Mais une chose est sûre : les affaires se portent bien actuellement pour Karapetyan et son groupe, malgré l’invasion de l’Ukraine et les sanctions qui ont ralenti l’économie russe. Sa fortune a plus que doublé entre 2022 et 2023, selon le site du magazine Forbes, pour atteindre 2,7 milliards de dollars, soit son niveau d’avant le conflit.

Une énigmatique holding immobilière

Nous découvrons pour la première fois le nom de Samvel Karapetyan le 11 juillet 2022. Au milieu de dizaines d’autres, sur un document du Service de publicité foncière (SPF) de Nice, un département du fisc chargé d’enregistrer tous les actes administratifs concernant le cadastre. À la recherche de montages financiers complexes dans le contexte du conflit russo-ukrainien, quelques mois après son déclenchement, nous avions lancé une dizaine de demandes de renseignements auprès des SPF de la Côte d’Azur. Pour chaque bien, ces administrations, qui dépendent du ministère de l’Économie, envoient une liste chronologique de plusieurs pages, recensant les successifs propriétaires du lieu, remontant parfois jusqu’aux années 1950. Ce jour-là, une intrigante société française, Maritime Villa Holding, apparaît sur un des documents de la luxueuse propriété Maria Irina. Nous sommes encore loin de nous en douter, mais cette mystérieuse entreprise va nous embarquer dans une enquête de dix-huit mois sur les traces du propriétaire des lieux, de son groupe industriel et de ses relations avec le sommet du pouvoir russe.

Les premières recherches sur Samvel Karapetyan sont fastidieuses. L’homme se confie rarement à la presse et les ressources disponibles en russe et en arménien sont maigres. Même son visage, tout en rondeur, presque poupin, encadré par des cheveux grisonnants coupés très court, n’offre pas de prise. Les tentatives de prise de contact sur LinkedIn avec d’anciens collaborateurs de son groupe ne donnent rien, pas plus que les recherches de potentiels partenaires commerciaux européens. En revanche, notre quête sort de l’impasse en suivant la piste de la villa, et en tentant de répondre à une question apparemment simple : Samvel Karapetyan y réside-t-il vraiment ?

« Être honnête et tenir parole »

Car sa famille, bénéficiaire effective de Maritime Villa Holding, dernière société à avoir acheté les lieux, ne se cache pas. Disons plutôt : la fille de ce milliardaire russo-arménien de 58 ans ne se cache pas. Sur son compte Instagram, Tatevik exhibe régulièrement à sa communauté de 450 000 abonnés son quotidien entre son Arménie natale, la Russie, le Moyen-Orient et l’Europe. La trentenaire fan de mode et de vie nocturne aime prendre la pose autant qu’immortaliser la rentrée scolaire de son fils ou quelques secondes du concert des Red Hot Chili Peppers au Stade de France, quand ce n’est pas de The Weeknd au London Stadium. En 2019, dans une interview publiée sur le site de Forbes Russie, elle évoquait son « éducation arménienne quelque peu ultra-conservatrice » et les difficultés pour se faire une place dans le groupe familial, dans lequel « il régnait un patriarcat absolu ».

« Mes enfants sont comme moi en tout. Je n’ai jamais aimé la vie nocturne, mais le travail, au contraire, m’a inspiré. Je les regarde maintenant – ce sont les mêmes », confiait pourtant Karapetyan dans l’une des rares interviews qu’il a données, en 2015, à Forbes Russie – le média se montre volontiers complaisant envers la famille. Lui dont les trois enfants, Sarkis, Karen et Tatevik, ont intégré le groupe industriel dès la fin de leurs études et en sont aujourd’hui vice-présidents. Lui qui revendique des valeurs héritées de ses parents – un père professeur de mathématiques et une mère enseignante d’anglais. C’est cette éducation rigoureuse qui l’aurait mené à la prospérité. « Mes parents ont créé un environnement spécial, dès mon plus jeune âge, ils m’ont expliqué que l’essentiel dans la vie est d’être une personne honnête et de tenir parole », expliquait-il dans l’entretien.

Le club fermé des patrons de la Russie

Au début des années 1990, l’URSS vient de chuter et une poignée d’hommes d’affaires profitent d’une vague de privatisations pour racheter les actions et mettre la main sur les grandes sociétés d’État pétrolières, industrielles ou bancaires. Certains de ces oligarques constituent aujourd’hui la garde rapprochée et le bras armé financier de Vladimir Poutine, à l’image de l’ancien propriétaire de l’entreprise pétrolière Sibneft, Roman Abramovich, du patron d’Alfa Bank, Mikhaïl Fridman, ou de l’ancien député de la Douma, Suleyman Kerimov, aujourd’hui visé par une enquête à Nice pour des soupçons de blanchiment autour de l’acquisition d’une villa, lui aussi.

Dans ce jeu de Monopoly où les ressources de la Russie sont distribuées entre les oligarques et leurs affiliés, et où les villas sur la Côte d’Azur sont des signes d’appartenance au club très fermé des nouveaux patrons de la Russie, Samvel Karapetyan est encore un inconnu à la fin du siècle dernier. Diplômé de l’université d’État d’ingénierie d’Arménie, il fait partie des dizaines de milliers d’habitants des anciennes républiques soviétiques qui émigrent vers les principales villes du grand voisin. « Entre 1992 et 2002, la population de la Russie augmenta de plus de 3,5 millions d’habitants, en raison de l’arrivée de migrants venus de Moldavie, d’Ukraine, des républiques du Caucase », note la chercheuse en géographie Tamara Galkina dans un article dans la revue Hommes & Migrations.

Samvel Karapetyan fait son trou à 200 km au sud de Moscou, à Kalouga, ville industrielle de 300 000 âmes. Dans une interview de 2019, sa fille Tatevik décrit ce changement de vie : « Mon père a réussi à créer son propre monde, son propre cercle, où les gens ont commencé à s’unir sous sa direction. » Sans partir de rien pour autant : « Le frère aîné de Samvel Karapetyan a fait une carrière politique en Arménie », rappelle le sociologue Aleksandr Lutsenko, spécialiste des arcanes du pouvoir russe.

Inauguration de centres commerciaux

Le frère en question s’appelle Karen Karapetyan. Même coupe de cheveux courts, même nez rond et yeux en amandes ; la ressemblance entre les frangins est frappante. Lui navigue dans les eaux politiques arméniennes depuis trois décennies, enchaînant les mandats de député. De 2008 à 2011, cet ingénieur de formation a occupé le poste de chef de cabinet du président arménien, selon le site de l’Assemblée nationale d’Arménie. En 2006, il a même reçu une médaille pour « services rendus à la patrie ». Mais difficile d’en savoir plus.

Les informations sur son cadet, qui a choisi la voie entrepreneuriale, sont plus rares encore. On sait que Samvel Karapetyan est capable de donner 1,5 million d’euros au téléthon arménien ou 5 millions de dollars pour fournir de l’aide humanitaire à la région du Haut-Karabakh. Mais rien ou presque ne filtre concernant ses entreprises industrielles, pourtant au cœur de son influence. On imagine mal le patron de LVMH Bernard Arnault limiter ses interventions dans la presse à la portion congrue, c’est pourtant ce que fait l’homme le plus riche d’Arménie, qui développe ses activités dans son pays comme en Russie.

Ses apparitions sous le feu des projecteurs se limitent à des inaugurations de centres commerciaux. Dans une vidéo de mars 2016, on le découvre droit comme un i, aux côtés du maire de Moscou, Sergueï Sobianine, pendant que celui-ci pérore sur les atouts du flambant neuf complexe, baptisé Avenue South-West. Cheveux blancs, costume sombre, chemise sans cravate, montre imposante au poignet, les deux hommes semblent sortis du même moule. À la seule différence que Samvel Karapetyan ne prononce pas un mot pendant tout le reportage. Même ses sourcils fournis restent immobiles, trônant au-dessus de ses yeux effilés que seuls quelques timides sourires font épisodiquement plisser.

Un indispensable interlocuteur

Si Karapetyan inaugure des centres commerciaux, c’est qu’il en construit. Après des débuts discrets mais prometteurs à Kalouga, il fonde en 1999 son entreprise : Tashir, du nom de sa région natale. Les activités de celle-ci, dans l’énergie, le bâtiment et la logistique, décollent au début des années 2000, grâce à l’ouverture de ces malls à l’américaine, qui s’implantent alors à Moscou, Saint-Pétersbourg, Tambov, Tver ou dans la capitale arménienne Erevan.

Au fil des ans, Tashir se développe également dans le transport et la distribution d’électricité, la fabrication de briques et de fenêtres en PVC ou la construction d’infrastructures. En 2015, c’est tout le réseau de distribution d’électricité arménien que le groupe rachète à une entreprise étatique russe. Ces projets d’ampleur font de Samvel Karapetyan un interlocuteur indispensable des politiques russes. En 2014, invité au ministère des Transports, il reçoit une médaille commémorative de la main du ministre lui-même, Maxim Sokolov, en présence du ministre de la Construction et du Logement, Mikhail Men, pour sa contribution aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. Tashir a activement participé à la réhabilitation du port de la ville, construisant un nouveau terminal et une marina avec hall d’exposition et galerie marchande.

En réalité, Samvel Karapetyan doit sa fortune principalement à un seul client, Gazprom, avec lequel il a signé des contrats de construction dès les années 1990, notamment pour un projet immobilier dédié aux employés du groupe au sud-ouest de Moscou, jusqu’à conquérir progressivement le marché immobilier de la capitale au début des années 2000. Selon le média russe RBC, son conglomérat a reçu de la part du géant russe de l’énergie, via certaines de ses filiales, 42,5 milliards de roubles en 2014 (850 millions d’euros à l'époque), 52,9 milliards (778 millions d’euros) en 2015 et 20,8 milliards (281 millions d’euros) pour le seul premier trimestre 2016.

Aujourd’hui, le groupe emploie 45 000 personnes au sein de 200 filiales. Son siège et son activité se concentrent en Russie, où Samvel Karapetyan est installé avec sa famille. « Un profil typique pour les milliardaires d’origine caucasienne, qui sont actifs dans le domaine de la construction », précise le sociologue Aleksandr Lutsenko, citant les exemples de l’Ingouche Mikhaïl Goutseriev ou des Azéris God Nisanov et Telman Ismailov, tous devenus milliardaires à la faveur de projets immobiliers pharaoniques. Les communautés issues des anciens satellites de la Russie soviétique ont trouvé dans ce secteur d’activité une porte d’entrée vers le monde très fermé des oligarques russes, qui veillent jalousement sur leurs intérêts. Dans le système clientéliste mis en place après le démantèlement de l’Union soviétique, les amitiés et les fidélités ont remplacé les affiliations au parti. 

Sur un « rooftop » monégasque

Les stories Instagram de la fille de Samvel, Tatevik, où défilent les vacances de sa famille sur la Côte d’Azur, ouvrent une fenêtre sur cet univers clos. Ainsi, durant les étés 2019 et 2020, entre deux photos au musée océanographique de Monaco ou à bord d’un yacht en Sardaigne, elle partage un cliché de ses parents au Loulou, un beach club de Ramatuelle. En 2022, de nouveau en France, elle passe une partie des vacances estivales à Paris, s’affichant en visite à la Fondation Louis Vuitton, en shooting privé à l’hôtel de Crillon ou en plein concert au festival Lollapalooza. Cette année-là, elle publie également des clichés nocturnes sur un rooftop monégasque ou d’un lever de soleil avec vue sur les yachts du port de la principauté, pris depuis la fenêtre d’un appartement ou d’un hôtel de luxe… Mais pas une seule image prise depuis la Villa Maria Irina, l’une des plus belles villas de la Côte d’Azur à quinze minutes de voiture de Monaco, évaluée actuellement à 120 millions d’euros. Et ce alors que sa famille en est propriétaire depuis six ans. À moins que les Karapetyan n’y aillent pas.

Samvel passe-t-il du temps dans la fastueuse Villa Maria Irina ? La réponse diffère selon les interlocuteurs. Si un proche affirme que l’homme d’affaires profite régulièrement de la demeure, le voisinage ne l’a jamais aperçu. Pendant plusieurs années, une voisine apercevait depuis sa terrasse une partie du gigantesque domaine. « J’ai toujours vu des jardiniers, des gardiens et des gens qui venaient s’occuper des chèvres, des poules et des autres bêtes qui se trouvaient dans une partie du domaine, mais jamais les propriétaires ni d’autres personnes », se remémore-t-elle. « Pour nous, cette villa, c’est celle de la maîtresse de Vladimir Poutine, cette rumeur a toujours persisté », confie Frédérique Lorenzi, présidente de l’association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et environs.

Avec ceux qui ont pu pénétrer dans la villa, la discussion s’interrompt brusquement à l’évocation de Samvel Karapetyan. « L’identité du propriétaire est strictement confidentielle », répond laconiquement une ancienne intendante, qui évoque « une famille très influente en Russie ». En mars 2023, un an après le déclenchement du conflit ukrainien, le cuisinier des lieux publiait plusieurs annonces sur des groupes Facebook spécialisés : « Domaine privé situé à Roquebrune-Cap-Martin, face à Monaco, fonctionnant comme un hôtel de luxe, recrute pour la saison estivale 2023 : un(e) second(e) de cuisine et/ou assistant(e) chef de cuisine, un chef de partie ou commis de cuisine, un(e) majordome, un(e) maître d’hôtel, un(e) assistant(e) gouvernante, une femme/valet de chambre, un(e) lingère, un(e) handyman. »

Pour aller plus loin

« Le secteur immobilier français est très vulnérable face au risque de blanchiment » 
La chasse aux achats immobiliers douteux pâtit d’un manque chronique de moyens, dit le secrétaire national de Solidaires finances publiques.
L’hypothèse de l’homme de paille
Clément Le Foll et Alexander Abdelilah ont passé plus d’une année sur les traces du propriétaire de la Villa Maria Irina.
À voir, à lire sur des nababs des énergies fossiles
BD, docu, livre et un reportage issu de notre collection pour prolonger la lecture de notre récit.
Plein gaz dans l’Arctique russe
Elena Chernyshova a embarqué avec les employés du géant de l’énergie russe Gazprom, sur la ligne de train la plus septentrionale du monde.
Épisode suivant
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Qui se cache derrière Samvel Karapetyan, et pourquoi la pluie de sanctions européennes le contourne-t-elle ?
Vous avez aimé cet épisode ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir, dès leur sortie, nos articles et explorer chaque semaine un grand enjeu de l’époque. Dans votre boîte mail à 7h.

Explorer la thématique
Pouvoirs
Joseph Oughourlian, un financier en terrain minier 
Joseph Oughourlian, un financier en terrain minier 
L'architecte de la remontada du RC Lens est aussi l'artisan de la chute d'Arnaud Lagardère.
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Loue chalet de 650 m2 à Courchevel
Qui se cache derrière Samvel Karapetyan, et pourquoi la pluie de sanctions européennes le contourne-t-elle ?
Les ultrariches descendent dans la rue
Les ultrariches descendent dans la rue
À Londres, le photographe de rue Dougie Wallace piste les élites traditionnelles et les nouveaux super-riches.
Ohm Énergie, l’entreprise qui voulait perdre des clients
Ohm Énergie, l’entreprise qui voulait perdre des clients
Ohm Énergie (1/2). Comment le fournisseur d’électricité a-t-il engrangé des bénéfices records sur le dos d’EDF ? Enquête.
Et pendant ce temps, EDF paie l’addition
Et pendant ce temps, EDF paie l’addition
Ohm Énergie (2/2). Quels bénéfices seront réalisés si 100 000 clients quittent la barque ? Jusque-là, le plan fonctionne à merveille.
« La police est tiraillée par des débats profonds »
« La police est tiraillée par des débats profonds »
Pour le sociologue Cédric Moreau de Bellaing,les jeunes recrues n’ont pas le même rapport à la violence et à l’autorité que leurs aînés.
Dernier coup de poker à Riga
Dernier coup de poker à Riga
Roger Tamraz, une légende dans le monde des « intermédiaires », s’est vu à la tête d’une banque. Son plan ne s’est pas déroulé comme prévu.
Comment le street art est entré à l’Élysée
Comment le street art est entré à l’Élysée
Macron et l’histoire secrète de sa Marianne (1/2). Une toile street art trône à l’Élysée depuis 2017. Sa provenance intriguait…
Ombres au tableau de la République
Ombres au tableau de la République
Macron et l’histoire secrète de sa Marianne (2/2). Après l’élection de 2017, la presse commence à s’intéresser à la toile…
L’État, c’est moi
L’État, c’est moi
Tour du monde des rituels et symboles du pouvoir étatique, avec le photographe Jan Banning.
La sélection de la rédaction
Tableaux de chasse
Tableaux de chasse
David Chancellor immortalise les chasseurs de trophées avec les dépouilles des animaux tout juste abattus, en Afrique du Sud et Namibie.
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Quand Kamel part à la chasse, il est aussi fébrile qu’un gamin à Noël. Pas pour le gibier, mais pour les copains. Et la nostalgie.
« Le sanglier a été désanimalisé »
« Le sanglier a été désanimalisé »
Raphaël Mathevet, écologue et géographe, analyse les liens qui unissent le sanglier à l’homme depuis l’Antiquité.
À voir, à lire sur l’Algérie et l’exil
À voir, à lire sur l’Algérie et l’exil
Un livre, un film, un podcast et une archive issue de notre collection pour prolonger la lecture de notre récit.