Polt, la ligne de train qui rend fous les usagers

Écrit par Ramsès Kefi Illustré par Arthur Junier
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Polt, la ligne de train qui rend fous les usagers
« XXI » retrace l’histoire de routes qui en disent long sur le territoire qu’elles traversent. La ligne Polt, qui relie Paris à Toulouse en sept heures, est un emblème des maux de la SNCF.
Paru en juin 2023
Article à retrouver dans cette revue

Notre conversation avec un conducteur de train établi en Nouvelle-Aquitaine a failli finir en Scrabble. Des lettres se sont baladées – T, O, B, C. Le sujet est un marronnier long de 700 kilomètres : la ligne Polt, acronyme de Paris-Orléans-Limoges-Toulouse et vieille de plus d’un siècle. Ses usagers la décrivent comme une diligence capricieuse, coutumière des retards, des suppressions et de rencontres impromptues sur les voies avec des cervidés. En filigrane, ils l’érigent en symbole d’un mépris pour la France des terres depuis Paris. Plus les années passent, et plus les temps de trajet s’allongent, comme si le progrès avançait en moonwalk sur cette ligne-là. 

Polt, devenu hashtag de colère sur Twitter, concentre les maladies les plus graves du chemin de fer français. Sur son tracé, les rails sont usés. Alors, en hiver, le givre les torture plus qu’ailleurs, la chaleur les dilate en été et les locomotives ralentissent la cadence pour éviter le drame. Des caméras de télévision suivent parfois des voyageurs comme s’ils embarquaient pour le triangle des Bermudes. Et les mésaventures du Polt alimentent la chronique de la colère comme du déclin.

On a intégré l’idée que les horaires sont hypothétiques, malgré la cherté des billets.

Marie, usagère du Polt

Marie, mère de famille bavarde et menue sur le quai de Paris-Austerlitz, nous tape sur l’épaule : « On a intégré l’idée que les horaires sont hypothétiques, malgré la cherté des billets. Quand on arrive à l’heure, on se demande si c’est réel. Les rares fois où j’ai dû emprunter des correspondances, ça a été des épreuves mentales. Il faut partir du principe qu’on peut les rater. » Des usagers, à Châteauroux ou Issoudun, ont abandonné le train et misent désormais sur la voiture.

Le Polt fut jusqu’à la fin des années 1980 l’une des voies les plus cajolées de France. Le Capitole, train prestigieux et moderne qui assurait le trajet, traînait une réputation de fusée : il était fiable et rapide. Puis, il a été poussé à la retraite, trois décennies après sa mise en service. Au début des années 1990, la ligne a progressivement été négligée et les conséquences de sa déchéance ont été sous-estimées. Sa modernisation a traîné, suspendue à de grands projets, voire des utopies. Une ligne de TGV, par exemple, qui aurait desservi Limoges. Ou bien l’Hyperloop, capsule du futur fonçant à 1 200 km/h, qui aurait mis cette même Limoges à quarante-cinq minutes de la capitale – contre trois heures vingt aujourd’hui. Environ, bien sûr.

Des investissements, pas de résultats

La réalité du moment est moins futuriste. Régulièrement, des élus de tous bords se manifestent pour signer des pétitions et quémander un train matinal supplémentaire. Ce Paris-Toulouse, qui traverse dix-sept villes et quinze départements, fait ainsi des miracles : il crée le consensus entre des politiques de gauche et de droite. À l’automne dernier, l’entreprise Legrand, spécialisée dans l’électronique et cotée en bourse, s’est fendue d’une lettre au gouvernement. Elle y montre les dents. Sise à Limoges, elle constate que ses employés galèrent pour leurs allers-retours à Paris, et déplore que « le manque criant d’infrastructures modernes et fiables pénalise le rayonnement de notre territoire ». En mars 2023, Clément Beaune, ministre des Transports, et Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF, ont visité la préfecture de la Haute-Vienne pour rassurer, sous les huées : des centaines de millions d’euros ont déjà été engagés pour rattraper le temps perdu, ont-ils juré. 

De nouvelles rames devraient être mises en circulation en 2026. Sur des rails moins vétustes. Se posent néanmoins des questions autour du T de Polt. Toulouse est desservie par une ligne plus rapide – via Bordeaux – et donc, mieux reliée à Paris. Le cheminot néo-aquitain observe : « Désormais, le Polt est moins un enjeu pour Toulouse que pour d’autres villes, comme Brive ou Cahors. Il vaudrait mieux parler du Polb ou du Polc. Des trajets nécessaires entre petites gares de villes moyennes. » Qui n’ont pas forcément un patron du CAC 40 pour secouer un ministère.

Miniature suivante
À qui profitent les chemins de Saint-Jacques ?
À qui profitent les chemins de Saint-Jacques ?
Le GR65, principal chemin de Compostelle, voit fleurir les variantes sauvages.
Vous avez aimé ce récit ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir, dès leur sortie, nos articles et explorer chaque semaine un grand enjeu de l’époque. Dans votre boîte mail à 7h.

Explorer la thématique
Géographies
La forêt de Sologne en voie de privatisation
La forêt de Sologne en voie de privatisation
En Sologne, la forêt est à 90 % privée, et les chemins communaux qui les traversent le deviennent aussi petit à petit.
La révolution de mes 20 ans
La révolution de mes 20 ans
Vingt ans après, un paysan béarnais retourne au Chiapas pour voir comment le zapatisme a influencé la vie de son ami maya.
Terre et liberté, un combat ordinaire
Terre et liberté, un combat ordinaire
Retour à la terre, féminisme et lien viscéral à la nature : le paysan béarnais et le biologiste maya partagent toujours les mêmes idéaux.
Du Yucatan au Béarn, contre le libre-échange
Du Yucatan au Béarn, contre le libre-échange
Depuis les années 1990, les militants pour une agriculture et une économie respectueuses de l’humain partagent un terrain de luttes.
Zapotèques en fleurs
Zapotèques en fleurs
La photographe mexicaine Luvia Lazo immortalise les aïeux de la communauté zapotèque, documentant ainsi la transformation de sa culture.
La résistance biélorusse hors les murs
La résistance biélorusse hors les murs
Les opposants au dictateur biélorusse organisent, à leurs risques et périls, la révolution depuis la Lituanie.
Une babouchka contre Loukachenko
Une babouchka contre Loukachenko
La photographe biélorusse Tanya Tkachova dresse le portrait de la militante d’opposition Nina Baginskaya, devenue symbole de la révolution.
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
(1/2). Venus de France ou de Roumanie, de mystérieux instructeurs forment l’armée congolaise et gèrent la guerre contre le M23.
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
(2/2). Au bout de trois semaines d'approche, nos journalistes finissent par rencontrer Horatiu Potra, l’instructeur en chef des Roméo.
Kivu, terrain miné
Kivu, terrain miné
Le photographe américain Michael Christopher Brown documente le conflit dans l’est de la RDC depuis 2012.
La sélection de la rédaction
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Quand Kamel part à la chasse, il est aussi fébrile qu’un gamin à Noël. Pas pour le gibier, mais pour les copains. Et la nostalgie.
Comment Olgun est devenu le meilleur kebab de France
Comment Olgun est devenu le meilleur kebab de France
Non, la trinité salade-tomate-oignon ne suffit pas. Rencontre dans le Nord, à la découverte d’une ambitieuse PME familiale.
Les fissures du Kurdistan turc
Les fissures du Kurdistan turc
Dévastation. Le mot n’est pas assez fort pour décrire la situation dans laquelle se trouvent les régions du sud-est de la Turquie et du nord de la Syrie...
En Australie, le business de la sécheresse
En Australie, le business de la sécheresse
Sur l’île-continent, la nature se meurt et les fermiers tombent au profit des spéculateurs de l’eau.