Sur les traces des Juifs de Thessalonique

Photo par Martin Barzilai Une photo issue de la revue 6Mois
Sur les traces des Juifs de Thessalonique
Publié le 15 janvier 2024
Paru en novembre 2023
Article à retrouver dans cette revue

La longue histoire des Juifs de Thessalonique, en Grèce, s’est arrêtée avec la déportation par les nazis de la quasi-totalité de la communauté et la destruction de son cimetière. Parti sur les traces de ses ancêtres, le photographe français Martin Barzilai a fait une étonnante découverte : disséminées dans la ville, les pierres tombales ont servi à reconstruire de nombreux bâtiments.

Du XVIIe siècle aux années 1920, la communauté juive a été majoritaire à Thessalonique, qu’on appelait parfois la “Jérusalem des Balkans”. En 1943, 48 000 personnes, soit 96 % de cette population, ont été déportées – pour la plupart à Auschwitz-Birkenau. Le cimetière juif, qui était le plus grand d’Europe (entre 300 000 et 500 000 tombes), a été détruit en décembre 1942 sur ordre des Allemands. Après la guerre, personne n’a mis de plaque pour indiquer la présence du cimetière et une partie des pierres tombales a été utilisée pour des chantiers. Pendant des décennies, la majorité des habitants ignorait l’histoire juive de la ville.

Les fragments du cimetière se retrouvent dans une vingtaine d’endroits de la ville que ce soit sur le dallage autour de l’emblématique Tour blanche ou, comme sur la photographie, sur le mur d’enceinte de la gare ferroviaire inaugurée en 1961. De nombreuses traces ont été découvertes par hasard. Grâce au travail d'historiens, d'archéologues et des citoyens, la mémoire des Juifs de Thessalonique s'inscrit dans la pierre.

La sélection de la rédaction
Entre Paris et Moscou, le putschiste funambule de la Guinée
Entre Paris et Moscou, le putschiste funambule de la Guinée
Aux portes d’un Sahel chaotique, Mamadi Doumbouya a tenté d’inaugurer une « troisième voie » diplomatique. Depuis un an, rien ne va plus.
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Pour le général de corps d'armée Bruno Clément-Bollée, le coup d'État est d'autant plus mal tombé que l’armée avait trouvé sa juste place.
Mon nom est Légion
Mon nom est Légion
Ils ont traversé la planète pour intégrer la Légion étrangère. Plongée dans le quotidien extrême des recrues avec le photographe Fred Marie.
Doumbouya, un président sur ses gardes
Doumbouya, un président sur ses gardes
Réaliser le portrait de Mamadi Doumbouya n’a pas été simple. Ses proches conseillers ont accepté de témoigner anonymement.