« Documenter ce qui nous semble être un exemple pour le monde »

Manuela Schirra et Fabrizio Girarldi parlent d’une seule voix. Leurs phrases s’emmêlent dans un mélange gracieux d’anglais et d’espagnol saupoudré de mots italiens qu’il faut saisir à la volée. Cela fait quinze ans qu’ils travaillent ensemble, plus encore qu’ils partagent leur vie. Avant, Manuela était architecte. Fabrizio, lui, a toujours été photographe. « Nous avons fusionné nos compétences, elle a une approche plus propre de la composition, je gère la technique », explique-t-il.

Fin 2018, le duo est envoyé dans les Balkans par le National Geographic pour couvrir la campagne Save the Blue Heart of Europe, qui combat des projets de barrages dans la région. « Nous découvrons que l’énergie hydroélectrique que nous considérions comme verte est aussi très destructrice de l’environnement et des écosystèmes. » Ils apprennent également l’existence d’un projet de parc naturel en Albanie pour protéger le dernier fleuve sauvage d’Europe.

Au rythme de ceux qui vivent avec la rivière

« En Italie, comme ailleurs, les cours des rivières et des fleuves portent la main de l’homme, ils ont été modifiés par des barrages, des écluses, des usines hydroélectriques. Pas la Vjosa. Nous décidons de documenter ce qui nous semble être un exemple pour le monde. » Les restrictions liées au Covid-19 freinent un temps le projet, mais en juin 2022, le couple quitte Trieste pour rejoindre la source de la Vjosa, située à mille kilomètres, et vingt heures de route de là.

« Nous sommes partis en van avec notre fille âgée de quelques mois. Pendant des semaines, nous avons descendu la rivière jusqu’à son embouchure et parcouru ses quatre affluents. En nous arrêtant souvent. Notre but était de ne pas nous cantonner aux eaux de la Vjosa, mais de photographier tout un territoire et ses habitants. »

Beaucoup de routes ne sont pas asphaltées. Certains lieux sont difficiles d’accès. Ils dorment dans leur véhicule aménagé, quand le sommeil de la petite le permet. « C’est difficile », admettent-ils. Mais la présence du bébé change la donne, ralentissant le rythme, facilitant les contacts avec « celles et ceux qui vivent avec la rivière depuis des générations. Un barrage, ici, ce sont des modes de vies séculaires qui seraient modifiés ».

Neuf mois plus tard, la protection de la zone est gravée dans le marbre avec la création du parc. C’est du moins ce que Manuela et Fabrizio pensaient : « Le projet d’aéroport non loin du delta nous donne l’impression que, même protégée par des instances internationales et officielles, la nature est toujours en danger quand il y a de l’argent en jeu. Et cela nous donne envie de remonter dans notre van. »

La sélection de la rédaction
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Reportage le long d'un cours d’eau intermittent jurassien, qui concentre sur 60 km de forts enjeux écologiques et de politiques publiques.
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
L’énergie hydraulique n'a jamais divisé autant que les énergies fossiles, selon Julien Marchesi, spécialiste en histoire environnementale.
Histoires d’eau
Histoires d’eau
Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’eau qu’il n’y a pas de rivière, a découvert la journaliste Catherine de Coppet.
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
Déambulation avec les photographes Manuela Schirra et Fabrizio Giraldi sur le dernier fleuve européen vierge de toute intervention humaine.