La fable du palmier solitaire

Écrit par Virginie de Rocquigny
La fable du palmier solitaire
Virginie de Rocquigny, autrice de notre récit « Sur l’île Maurice, SOS d’un palmier en détresse », retrace le parcours qui l’a menée du Conservatoire botanique de Brest au Jardin botanique de Curepipe, sur l’île Maurice, à la recherche de « Hyophorbe amaricaulis ».
Publié le 05 mai 2024

Je n’aurais jamais pensé qu'un rendez-vous au Conservatoire botanique national de Brest, à cinq minutes à vélo de chez moi, me conduirait jusqu’à l’île Maurice. Je m'intéressais au départ au fonctionnement de cette banque de graines et au rôle de cette institution dans la sauvegarde des espèces en voie d’extinction. Au détour de nos échanges, les biologistes m’ont parlé de leurs voyages à l’île Maurice au chevet de Hyophorbe amaricaulis. Le sort de ce palmier m’est apparu comme une fable. C’est un cas extrême : l’extinction d’une espèce, juste là, sous nos yeux, et les nombreux efforts pour tenter de l’éviter.

Je suis allée jusque dans l’océan Indien pour rencontrer un arbre, ce qui a beaucoup amusé le chauffeur de taxi à la sortie de l’aéroport. Il habitait Curepipe, la ville où se dresse ce palmier, sans jamais y avoir prêté attention. J’ai été voir le dernier Hyophorbe amaricaulis dès mon arrivée, avant de rencontrer le petit monde de la botanique à Maurice, dans différentes institutions. Le destin tragique du palmier raconte plus largement celle de l’île à la végétation luxuriante, ravagée en un temps record par l’appétit des colons. 

La main qui détruit et la main qui sauve

J’ai grimpé les sentiers escarpés des dernières reliques de forêts tropicales de la zone et senti l’odeur des planches jaunies par le temps de l’Herbier de Maurice, où l’armoire consacrée aux palmiers fait deux fois la taille des autres. Au fil de mes rencontres, derrière l’histoire d’une plante, se sont dessinées aussi les rivalités entre celles et ceux qui espèrent la sauver.

L’histoire de Hyophorbe amaricaulis en dit finalement beaucoup sur nous, comme me l’a soufflé Marc Jeanson, alors directeur botanique du Jardin Majorelle à Marrakech, avant mon départ pour Maurice : « Ce palmier est emblématique de notre relation aveugle et malade au vivant : il y a d’un côté la main qui détruit et de l’autre la main qui sauve. »

Pour aller plus loin

Il suffirait d’un cyclone
C’est la course contre la montre pour sauver le palmier centenaire. Un cyclone trop violent ou une attaque de termites, et c’en est fini !
Tous les messies des plantes
Notre journaliste s’est envolée pour l’île Maurice. Dans les allées du jardin botanique de Curepipe, elle traque le palmier solitaire.
« Pour préserver la biodiversité, il vaut mieux conserver les habitats »
Bruno Colas est biologiste à l'université de Saclay. Il travaille sur des espèces végétales rares, dont la conservation est en jeu.
À voir, à lire sur la toute-puissance du monde végétal
Des romans, un essai, un livre photo, un podcast et un reportage issu de notre collection pour prolonger la lecture de notre récit.
Prenons-en de la graine
Fruits, fleurs, plantes menacées ou blés hybrides : depuis 2009, le photographe Thierry Ardouin tire le portraits de graines.
La sélection de la rédaction
Tableaux de chasse
Tableaux de chasse
David Chancellor immortalise les chasseurs de trophées avec les dépouilles des animaux tout juste abattus, en Afrique du Sud et Namibie.
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Le chasseur kabyle, son fusil et l’Algérie
Quand Kamel part à la chasse, il est aussi fébrile qu’un gamin à Noël. Pas pour le gibier, mais pour les copains. Et la nostalgie.
« Le sanglier a été désanimalisé »
« Le sanglier a été désanimalisé »
Raphaël Mathevet, écologue et géographe, analyse les liens qui unissent le sanglier à l’homme depuis l’Antiquité.
À voir, à lire sur l’Algérie et l’exil
À voir, à lire sur l’Algérie et l’exil
Un livre, un film, un podcast et une archive issue de notre collection pour prolonger la lecture de notre récit.