« Un cas d’école dans le Tarn »

Écrit par Marion Touboul
« Un cas d’école dans le Tarn »
La journaliste Marion Touboul raconte les coulisses de son reportage sur la transmission paysanne.
Publié le 26 février 2024

« Je rencontre la jeune agricultrice en 2019, lors d’une formation sur les fermes pédagogiques, dispensée par la chambre d’agriculture du Tarn. J’habite alors une ferme non loin de chez elle. Je la vois se débattre pour obtenir la fameuse certification ERP (établissement recevant du public) afin que des écoliers puissent visiter son exploitation. Il faut penser au parking, aux normes incendie, au chemin d’accès pour les personnes à mobilité réduite… La jeune femme cherche à reprendre la ferme familiale avec trois paysans. J’ignore alors qu’il ne s’agit là que d’une partie infime des difficultés qu’elle traverse.

Quand, deux ans plus tard, je commence à travailler sur le thème de la transmission dans le monde agricole, la chambre d’agriculture et l’Association pour le développement de l’emploi agricole et rural dans le Tarn – un autre organisme qui aide les jeunes paysans à s’installer – m’orientent vers l’exploitation de la famille de la paysanne, un « cas d’école » selon eux. J’ai déjà croisé ses parents : un couple qui en impose par son parcours. Sur le papier, la transmission aurait dû se passer tranquillement. Alors, comment les choses ont-elles pu dérailler ?

Comment ne pas craindre le développement d’une agriculture à très grande échelle, comme en Roumanie ou en Ukraine ?

Alors que je commence à enquêter, je tombe sur un « état des lieux des terres agricoles » rédigé par Terre de liens, une association qui rachète des fermes pour y installer de jeunes paysans. Je suis frappée d’apprendre dans ce rapport qu’en France seulement une ferme sur trois est transmise. La plupart des terres libérées par les agriculteurs à la retraite servent à agrandir des fermes déjà existantes. Comment ne pas craindre le développement d’une agriculture à très grande échelle, comme en Roumanie ou en Ukraine, où un chef d’exploitation concentre à lui tout seul plusieurs centaines d’hectares ? Faut-il craindre une uniformisation des paysages ?

En parallèle, le chantier de l’autoroute A69 entre Castres et Toulouse avance. Le nouvel itinéraire détruira 500 hectares de terres agricoles et expropriera une centaine de paysans. La jeune agricultrice et ses associés ne sont pas épargnés : bien que leur ferme ne se situe pas directement sur l’axe, une usine de bitume doit être construite à proximité. Cette actualité finit de me convaincre de m’intéresser à l’histoire de cette famille et de ce lieu. Elle illustre à bien des égards les problématiques du monde rural.

Mais témoigner sur ce sujet est si sensible que la paysanne et son père finissent par demander l’anonymat. La jeune femme, tout comme ses associés, se déplace sur les marchés pour vendre les produits de la ferme. Elle ne veut pas que des clients puissent les identifier à travers cette histoire, très personnelle, de transmission. Nous l’appellerons donc Céline. »

À lire aussi dans notre sillon

Paysan cherche repreneur désespérément
(1/2). Comme nombre d’agriculteurs à l’approche de la retraite, Alain, dans le Tarn, s’est inquiété de ne pouvoir transmettre sa ferme.
Les champs de la discorde • Épisode 1 |  Écosystèmes
« Qu’est-ce que tu fais encore là, Alain ? »
(2/2). Rapidement, les tensions s’accumulent entre l’ancienne et la nouvelle génération d’agriculteurs.
Les champs de la discorde • Épisode 2 |  Écosystèmes
« On peut être paysan sans souffrir »
La reprise des exploitations par des néophytes est devenue une nécessité, analyse Pascale Calderan, accompagnatrice d’agriculteurs.
À voir, à lire sur l’héritage paysan
Des livres, un documentaire, une série de podcasts à découvrir pour prolonger la lecture de ce récit.
Entre terre et père
Le photographe Pierre Faure met en lumière le dénuement dans lequel de nombreux petits agriculteurs sont plongés.
La sélection de la rédaction
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
(1/2). Venus de France ou de Roumanie, de mystérieux instructeurs forment l’armée congolaise et gèrent la guerre contre le M23.
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
(2/2). Au bout de trois semaines d'approche, nos journalistes finissent par rencontrer Horatiu Potra, l’instructeur en chef des Roméo.
« Kinshasa jouait sur la rivalité entre Chine et États-Unis » 
« Kinshasa jouait sur la rivalité entre Chine et États-Unis » 
Elisabeth Caesens, de l’ONG Resource Matters, détaille le rôle stratégique que joue la RDC dans le contrôle des ressources minières.
Kivu, terrain miné
Kivu, terrain miné
Le photographe américain Michael Christopher Brown documente le conflit dans l’est de la RDC depuis 2012.