Jean-François Bloc, maire sur le front de mer

Écrit par Rémi Bayol Illustré par Chez Gertrud
Jean-François Bloc, maire sur le front de mer
Plutôt que de multiplier les aménagements contre la montée des eaux de la Manche, l’élu normand Jean-François Bloc a choisi de laisser entrer la mer dans les terres de sa commune. Un pari innovant aux allures de parcours du combattant.
Article à retrouver dans cette revue
Sport & luxe
Revue XXI n°65
Sport & luxe
La mode se convertit au sportswear. Plongez-vous dans notre dossier sur le rapprochement entre deux univers longtemps irréductibles.
Été 2024

À Quiberville-sur-Mer, tout le monde connaît Jean-François Bloc. Voilà trente-sept ans que l’ancien cadre aux cheveux grisonnants est le maire de ce village de 500 habitants, en Seine-Maritime. Lorsqu’il a été élu, cet enfant du coin ne se doutait pas qu’il serait le premier édile de France à transformer sa commune pour l’adapter à la montée du niveau de la mer.

Le village se trouve sur l’embouchure de la Saâne, un fleuve côtier parcourant 41 kilomètres à travers les prairies normandes avant de se jeter dans la Manche. Le lieu n’a plus rien de spectaculaire ni de naturel depuis qu’une digue y a été érigée au XIXe siècle. Avant de se déverser dans la mer, la Sâane emprunte un tuyau d’un mètre cinquante de large percé dans ce mur, désormais en béton.

Un camping à sauver

C’est juste derrière cette digue, qui supporte la départementale et sert de barrière contre les grandes marées, que le camping municipal a été installé dans les années 1970. La montée du niveau de la mer n’était alors pas d’actualité, ni pour la population ni pour les touristes, grisés par l’obtention d’une quatrième semaine de congés. Devenu la principale source de revenus du bourg, le camping de la Plage a pu rapporter jusqu’à 60  000 euros par an. Personne n’a pensé que son existence pourrait être un jour menacée. Par la mer d’un côté, et par les crues invasives de la rivière de l’autre. Lors de ses premiers mandats, le maire, optimiste et combatif, s’est contenté de recharger la plage en galets pour la protéger de l’érosion grandissante due à la montée des eaux : « Je voulais montrer à la nature ce que je savais faire. »

Mais les illusions de l’édile sont douchées durant l’hiver 1999. En trois jours, une tempête fait sortir la Sâane de son lit, laissant caravanes et bâtiments du camping sous l’eau. Le conduit aménagé pour laisser s’écouler la rivière sous la route de la plage s’est avéré trop étroit pour évacuer les torrents d’eau responsables de la crue.

Il a pourtant fallu dix ans de plus pour que Jean-François Bloc prenne son « courage politique » à deux mains et accepte l’idée que son coin de paradis normand « allait être rattrapé par la nature ». La laisser reprendre ses droits en rétablissant une véritable embouchure est alors apparu comme la seule solution. Après s’être opposé, faute de moyens, à un premier projet de reconnexion de la Saâne à la Manche, impliquant de déplacer le camping pour rendre à la rivière cette zone inondable, l’élu finit par s’en faire l’ambassadeur.

Des administrés à convaincre

La décennie suivante relève du parcours du combattant, car aucune politique publique n’a anticipé cette problématique. Convaincre les administrés, conduire des études et, surtout, chercher des financements : Jean-François Bloc turbine derrière les murs en briques et galets de l’hôtel de ville et au conseil régional de Normandie, où il est élu. Il parvient à trouver des subventions européennes, régionales et départementales pour couvrir le déplacement de son lucratif équipement touristique, qui s’élève à 8,6 millions d’euros. « Sans la légitimité incarnée par un maire, vous n’avez pas de relais », analyse aujourd’hui Régis Leymarie, délégué du Conservatoire du littoral, à la tête de cette mission commando.

Grâce au rachat de six hectares de terres à des agriculteurs, un nouveau camping a vu le jour l’été dernier, à 700 mètres de la plage. Fin 2024, la route-digue de la mer va être cassée sur dix mètres pour élargir l’embouchure, et un pont sera construit pour permettre le passage des piétons et des voitures. 

Ce réaménagement vertueux pour la biodiversité fait des émules chez les élus normands, bretons et outre-marins passés par Quiberville pour s’inspirer. Mais le chemin est encore long : « Il faut que l’État trouve les moyens de nous aider ; avec des prêts à taux zéro pour les dossiers liés au changement climatique et l’aide de la Banque des territoires », martèle Jean-François Bloc, qui est allé porter le message à Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique. 

Miniature suivante
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
L’ancien juriste de l’enseigne dénonce un système de contrats pernicieux.
Vous avez aimé ce récit ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir, dès leur sortie, nos articles et explorer chaque semaine un grand enjeu de l’époque. Dans votre boîte mail à 7h.

Explorer la thématique
Écosystèmes
Légendes du roc andalou
Légendes du roc andalou
Parti sur les traces millénaires de l’Altiplano, le photographe Pablo Castilla en est revenu avec un conte peuplé d’énigmes.
Le Havre, bête de Seine
Le Havre, bête de Seine
500 km de Seine à vélo pour aboutir à l’univers métallique et démesuré du port du Havre : c’est le périple photographique de Lorenzo Meloni.
Béatrice Schaad, pour des hôpitaux plus empathiques
Béatrice Schaad, pour des hôpitaux plus empathiques
En Suisse, l’ex-cheffe du service communication d’un hôpital a créé un dispositif pionnier : un bureau des plaintes pour les patients.
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
L’ancien juriste de l’enseigne dénonce un système de contrats pernicieux.
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
En accès libre
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Reportage le long d'un cours d’eau intermittent jurassien, qui concentre sur 60 km de forts enjeux écologiques et de politiques publiques.
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
Déambulation avec les photographes Manuela Schirra et Fabrizio Giraldi sur le dernier fleuve européen vierge de toute intervention humaine.
« La transition énergétique n’existe pas »
« La transition énergétique n’existe pas »
L’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz invite à modéliser une vraie décroissance.
Des colocations pour seniors à tout prix
Des colocations pour seniors à tout prix
Âges et vie, pionnier des colocations clé en main pour personnes âgées, a séduit de nombreux maires en mal de solutions pour leurs aînés.
La stratégie : jusqu’au passage en force
La stratégie : jusqu’au passage en force
Certains départements ont découvert que des colocations Âges et vie s’apprêtaient à ouvrir sur leur territoire à leur insu.
L’alliance : un lobbying bien rôdé
L’alliance : un lobbying bien rôdé
Pour amadouer les départements récalcitrants, Âges et Vie utilise ses appuis politiques et tire parti de la conviction de certains maires.
La sélection de la rédaction
Mon nom est Légion
Mon nom est Légion
Ils ont traversé la planète pour intégrer la Légion étrangère. Plongée dans le quotidien extrême des recrues avec le photographe Fred Marie.
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Pour le général de corps d'armée Bruno Clément-Bollée, le coup d'État est d'autant plus mal tombé que l’armée avait trouvé sa juste place.
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Aux portes d’un Sahel chaotique, le président guinéen tente une nouvelle voie diplomatique, entre France et Russie. Mais rien ne va plus.
À Conakry, un président sur ses gardes
À Conakry, un président sur ses gardes
Réaliser le portrait de Mamadi Doumbouya n’a pas été simple. Ses proches conseillers ont accepté de témoigner anonymement.