Béatrice Schaad, pour des hôpitaux plus empathiques

Écrit par Rémi Bayol Illustré par Chez Gertrud
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Béatrice Schaad, pour des hôpitaux plus empathiques
Ancienne cheffe du service communication d’un hôpital suisse, Béatrice Schaad a créé un bureau des plaintes à destination des patients. Au cœur de leurs doléances, le manque de considération de la part des soignants.
Paru en juin 2024
Article à retrouver dans cette revue
Sport & luxe
Revue XXI n°65
Sport & luxe
La mode se convertit au sportswear. Plongez-vous dans notre dossier sur le rapprochement entre deux univers longtemps irréductibles.
Été 2024

Les patients des hôpitaux assistent bien souvent à l’étrange ballet des blouses blanches anonymes qui, un œil sur la montre, l’autre sur leur dossier médical, délivrent quelques indices cryptiques sur leur état de santé. Comment expliquer que ces lieux de soin puissent être aussi inhospitaliers ? La question taraude Béatrice Schaad depuis qu’elle a rejoint le Chuv (Centre hospitalier universitaire vaudois), le plus grand hôpital de Lausanne, en Suisse, il y a quinze ans. Jusqu’en décembre 2023, elle y occupait le poste de cheffe du service communication. Une mission qui, au premier abord, ne prédestinait pas cette ancienne journaliste de 57 ans à disséquer l’expérience des soignés. 

À la suite d’articles critiques sur la prise en charge au Chuv, la communicante se fait l’observatrice des failles du système : parcours de soins fragmentés, communication parcellaire, complexité de l’organisation. « On demande aux communicants de mettre en avant ce qui fonctionne. Mais la médecine, c’est aussi des hésitations et des échecs. Si l’on entretient l’idée qu’elle arrive toujours à répondre aux besoins du corps et de l’âme, les patients risquent d’exiger l’impossible. Cela devient générateur de conflit. » 

Violences verbales

Alors Béatrice Schaad a décidé de prendre son rôle au pied de la lettre. « En surface », l’ancienne étudiante de Harvard s’assure que son service fasse briller la vitrine à coups de communiqués de presse. Mais à côté, Béatrice Schaad ouvre dès les premiers mois un bureau des doléances avec le soutien de sa direction. Une idée inspirée par ses années américaines et sa rencontre avec le patron du service qualité de l’hôpital de Boston. Ce professionnel scrupuleux avait eu l’idée de transformer ses pauses déjeuner du vendredi en séances d’écoute de patients exaspérés.

Au Chuv, quatre médiateurs accueillent patients, proches et professionnels du soin sans rendez-vous. Leurs reproches portent souvent sur le manque de considération de la part des soignants, qui va parfois jusqu’aux violences verbales ou à une remise en cause de leurs choix thérapeutiques. 

Pour classer les récriminations – plus de 6 000 depuis 2012 –, cette érudite lectrice de philosophie a créé une taxonomie ad hoc. Certaines plaintes sont classifiées comme relevant du clinique – « j’ai attendu pendant des heures alors que j’avais très mal » –, d’autres sont d’ordre organisationnel ou relationnel – « on ne m’a même pas regardé ». Le dispositif, d’une ampleur unique en Suisse, va bien au-delà des commissions des usagers des hôpitaux français, qui ne traitent pas autant de données. 

Pour transmettre son savoir, Béatrice Schaad enseigne désormais à l’université en s’appuyant sur les témoignages recueillis. S’il est difficile d’évaluer son impact direct sur le bien-être à l’hôpital de Lausanne, ce lieu d’écoute a fait évoluer les pratiques. Récemment, plusieurs hôpitaux de Suisse romande ont mis en place des dispositifs similaires. Ainsi le signalement d’un patient qui, après son opération pour une tumeur au cerveau, a reçu un rappel de son rendez-vous pour être opéré… la semaine suivante, a permis de remonter à la racine d’un dysfonctionnement informatique. 

Miniature suivante
Jean-François Bloc, maire sur le front de mer
Jean-François Bloc, maire sur le front de mer
À Quiberville-sur-Mer, en Normandie, un élu a choisi de laisser entrer la mer dans les terres de sa commune. Un pari innovant.
Vous avez aimé ce récit ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir, dès leur sortie, nos articles et explorer chaque semaine un grand enjeu de l’époque. Dans votre boîte mail à 7h.

Explorer la thématique
Écosystèmes
Légendes du roc andalou
Légendes du roc andalou
Parti sur les traces millénaires de l’Altiplano, le photographe Pablo Castilla en est revenu avec un conte peuplé d’énigmes.
Le Havre, bête de Seine
Le Havre, bête de Seine
500 km de Seine à vélo pour aboutir à l’univers métallique et démesuré du port du Havre : c’est le périple photographique de Lorenzo Meloni.
Jean-François Bloc, maire sur le front de mer
Jean-François Bloc, maire sur le front de mer
À Quiberville-sur-Mer, en Normandie, un élu a choisi de laisser entrer la mer dans les terres de sa commune. Un pari innovant.
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
Jérôme Coulombel, avec les franchisés de Carrefour
L’ancien juriste de l’enseigne dénonce un système de contrats pernicieux.
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
En accès libre
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Reportage le long d'un cours d’eau intermittent jurassien, qui concentre sur 60 km de forts enjeux écologiques et de politiques publiques.
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
Déambulation avec les photographes Manuela Schirra et Fabrizio Giraldi sur le dernier fleuve européen vierge de toute intervention humaine.
« La transition énergétique n’existe pas »
« La transition énergétique n’existe pas »
L’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz invite à modéliser une vraie décroissance.
Des colocations pour seniors à tout prix
Des colocations pour seniors à tout prix
Âges et vie, pionnier des colocations clé en main pour personnes âgées, a séduit de nombreux maires en mal de solutions pour leurs aînés.
La stratégie : jusqu’au passage en force
La stratégie : jusqu’au passage en force
Certains départements ont découvert que des colocations Âges et vie s’apprêtaient à ouvrir sur leur territoire à leur insu.
L’alliance : un lobbying bien rôdé
L’alliance : un lobbying bien rôdé
Pour amadouer les départements récalcitrants, Âges et Vie utilise ses appuis politiques et tire parti de la conviction de certains maires.
La sélection de la rédaction
Mon nom est Légion
Mon nom est Légion
Ils ont traversé la planète pour intégrer la Légion étrangère. Plongée dans le quotidien extrême des recrues avec le photographe Fred Marie.
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Une armée guinéenne éternellement rebelle ?
Pour le général de corps d'armée Bruno Clément-Bollée, le coup d'État est d'autant plus mal tombé que l’armée avait trouvé sa juste place.
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Doumbouya, le putschiste funambule de la Guinée
Aux portes d’un Sahel chaotique, le président guinéen tente une nouvelle voie diplomatique, entre France et Russie. Mais rien ne va plus.
À Conakry, un président sur ses gardes
À Conakry, un président sur ses gardes
Réaliser le portrait de Mamadi Doumbouya n’a pas été simple. Ses proches conseillers ont accepté de témoigner anonymement.