« Des liftings visibles depuis le trottoir d’en face »

Écrit par Camille Drouet Chades
Le photographe Dougie Wallace raconte comment il a traqué les ultrariches dans les rues de Londres.

« Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près. » Dougie Wallace pourrait faire sienne la devise de Robert Capa. Il semble en préférer une autre : « On ne prend pas les meilleures photos en studio, on les fait dans la rue. Le reste, c’est de la merde. » C’est en tout cas ce que le spécialiste du documentaire social assénait goguenard dans un reportage que la BBC a consacré à sa série « Harrodsburg » en 2017.

Commencé deux ans auparavant, le projet est « un safari qui explore en gros plan la vie sauvage des ultrariches dans les quartiers de Kensington et Chelsea ». Son terrain de chasse : les trottoirs qui bordent les vitrines Gucci, Versace ou Valentino de Harrods, le temple du luxe britannique. Chapeau vissé sur la tête et appareil à la main, le photographe a arpenté la zone la plus chère de Londres et piégé avec son objectif tant les vieux aristocrates installés ici depuis plusieurs générations que les nouveaux arrivants aux comptes replets de pétrodollars. Sa méthode : repérer ses proies à leurs sacs de courses, leurs lunettes de soleil siglées, leur voiture de luxe ou « leurs liftings visibles depuis le trottoir d’en face » ; puis, tel un paparazzi, déclencher sans autorisation, à quelques centimètres du visage, son appareil équipé d’un double flash. Résultat : une satire sociale de la richesse gonflée au botox, dopée au shopping, enivrée aux rugissements des grosses cylindrées.

« Un énorme coffre-fort »

En moquant les ultrariches, l’Écossais brosse finalement le portrait d’une société aux inégalités grandissantes. Son incursion dans « ce monde parallèle dans lequel vit 1 % de la population » a fait suite à un précédent projet où il juxtaposait des images d’usagers des transports. D’un côté, les passagers des lignes de bus du Londres huppé ; de l’autre, ceux du Glasgow défavorisé de son enfance. « On voit les effets des privations et des différences de conditions de vie sur les visages », expliquait alors le photographe au quotidien britannique The Guardian. En se concentrant ensuite sur les plus riches, Dougie Wallace a cherché à « illustrer les conséquences du déferlement des richesses de ceux pour qui Londres n’est qu’un énorme coffre-fort ».

Pendant deux ans et demi, cet ancien militaire a pris des milliers de photos. Des instantanés peuplés de visages grimaçants, de maquillages outranciers, mais aussi de doigts d’honneur, de mouvements de recul et de regards agressifs, qu’il postait régulièrement sur son site internet. Sur les réseaux sociaux ou dans la presse des pays du Golfe, ses images ont fait l’objet de vives critiques pour diffusion sans autorisation. Mais l’Écossais s’amuse de la controverse : « Ils viennent ici parce que la loi et leur argent les autorisent à faire ce qu’ils veulent. Eh bien, la loi dit aussi que je peux les photographier comme je veux. »

À lire aussi dans notre sillon

Bluff bourguignon
(1/2). Alexandru va devenir le chauffeur d’un millionnaire ukrainien propriétaire d’un château en Bourgogne. Mais tout n’est qu’illusion.
Châtelains échaudés et acheteurs peu scrupuleux
Pour Marguerite de Mézerac, qui dirige le château de Canon, les familles doivent déployer beaucoup d’énergie pour sauver leur patrimoine.
Le chauffeur moldave, dindon de la farce
La journaliste Clara Hesse a couvert le procès du château de La Rochepot. Ses impressions sur les protagonistes de l’affaire.
À voir, à lire sur l’Ukraine et les gros bluffs
Un documentaire, une série, un article de notre collection pour prolonger la lecture de ce récit.
Les ultrariches descendent dans la rue
À Londres, le photographe de rue Dougie Wallace piste les élites traditionnelles et les nouveaux super-riches.
Explorer la thématique
Algorithmes
La licorne et les oiseaux de nuit
La licorne et les oiseaux de nuit
Le photographe Cyril Marcilhacy a dû montrer patte blanche pour s’immiscer dans l’univers de la French Tech.
Netflix, Amazon… la chasse aux bonnes histoires
Netflix, Amazon… la chasse aux bonnes histoires
Séries, films, documentaires : la concurrence est féroce et les investissements massifs, pour élargir l’offre en créations originales.
Swagg Man, le rappeur qui vend du rêve en toc
Swagg Man, le rappeur qui vend du rêve en toc
Ses fans voient en lui un modèle de réussite. D’autres, qui lui ont confié leurs économies, l’accusent d’arnaque.
Sa maison demeurera le ciel
Sa maison demeurera le ciel
(1/3). Dans une base perdue dans le Nevada, Pierre se forme à la guerre à distance. Une guerre moderne, technologique, clinique.
« Je tue en toute sécurité et, en tuant, je sauve des vies »
« Je tue en toute sécurité et, en tuant, je sauve des vies »
(2/3). Semaine après semaine, Sebastian passe au crible la province de Nangarhar, en Afghanistan. Elle est devenue son terrain de chasse.
Soixante minutes pour oublier la guerre
Soixante minutes pour oublier la guerre
(3/3). Si les images en HD de corps en charpie hantent certains, la vraie menace pour les équipages de drone, c’est le burn out.
OneCoin, monnaie virtuelle et escroquerie bien réelle
OneCoin, monnaie virtuelle et escroquerie bien réelle
La mésaventure de Jennifer McAdam qui a choisi d’investir l’héritage de son père sur le futur. Une arnaque mondiale à 2 milliards d’euros.
Porto Rico, terre promise de la Silicon Valley
Porto Rico, terre promise de la Silicon Valley
Sur l’île balayée par les ouragans, de jeunes millionnaires se rêvent en prophètes. Mais la technologie n’achète pas tout.
Qui est vraiment Pavel Dourov, le fondateur de Telegram ?
Qui est vraiment Pavel Dourov, le fondateur de Telegram ?
Habillé tout en noir comme le personnage de Matrix, Pavel Dourov est devenu le héros ambigu des libertés du monde connecté.
Tu seras un robot, papa
Tu seras un robot, papa
John est atteint d’un cancer incurable. Son fils veut continuer à converser avec lui après sa mort.
La sélection de la rédaction
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
(1/2). Venus de France ou de Roumanie, de mystérieux instructeurs forment l’armée congolaise et gèrent la guerre contre le M23.
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
(2/2). Au bout de trois semaines d'approche, nos journalistes finissent par rencontrer Horatiu Potra, l’instructeur en chef des Roméo.
« Kinshasa jouait sur la rivalité entre Chine et États-Unis » 
« Kinshasa jouait sur la rivalité entre Chine et États-Unis » 
Elisabeth Caesens, de l’ONG Resource Matters, détaille le rôle stratégique que joue la RDC dans le contrôle des ressources minières.
Kivu, terrain miné
Kivu, terrain miné
Le photographe américain Michael Christopher Brown documente le conflit dans l’est de la RDC depuis 2012.