« Des liftings visibles depuis le trottoir d’en face »

Écrit par Camille Drouet Chades
Le photographe Dougie Wallace raconte comment il a traqué les ultrariches dans les rues de Londres.

« Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près. » Dougie Wallace pourrait faire sienne la devise de Robert Capa. Il semble en préférer une autre : « On ne prend pas les meilleures photos en studio, on les fait dans la rue. Le reste, c’est de la merde. » C’est en tout cas ce que le spécialiste du documentaire social assénait goguenard dans un reportage que la BBC a consacré à sa série « Harrodsburg » en 2017.

Commencé deux ans auparavant, le projet est « un safari qui explore en gros plan la vie sauvage des ultrariches dans les quartiers de Kensington et Chelsea ». Son terrain de chasse : les trottoirs qui bordent les vitrines Gucci, Versace ou Valentino de Harrods, le temple du luxe britannique. Chapeau vissé sur la tête et appareil à la main, le photographe a arpenté la zone la plus chère de Londres et piégé avec son objectif tant les vieux aristocrates installés ici depuis plusieurs générations que les nouveaux arrivants aux comptes replets de pétrodollars. Sa méthode : repérer ses proies à leurs sacs de courses, leurs lunettes de soleil siglées, leur voiture de luxe ou « leurs liftings visibles depuis le trottoir d’en face » ; puis, tel un paparazzi, déclencher sans autorisation, à quelques centimètres du visage, son appareil équipé d’un double flash. Résultat : une satire sociale de la richesse gonflée au botox, dopée au shopping, enivrée aux rugissements des grosses cylindrées.

« Un énorme coffre-fort »

En moquant les ultrariches, l’Écossais brosse finalement le portrait d’une société aux inégalités grandissantes. Son incursion dans « ce monde parallèle dans lequel vit 1 % de la population » a fait suite à un précédent projet où il juxtaposait des images d’usagers des transports. D’un côté, les passagers des lignes de bus du Londres huppé ; de l’autre, ceux du Glasgow défavorisé de son enfance. « On voit les effets des privations et des différences de conditions de vie sur les visages », expliquait alors le photographe au quotidien britannique The Guardian. En se concentrant ensuite sur les plus riches, Dougie Wallace a cherché à « illustrer les conséquences du déferlement des richesses de ceux pour qui Londres n’est qu’un énorme coffre-fort ».

Pendant deux ans et demi, cet ancien militaire a pris des milliers de photos. Des instantanés peuplés de visages grimaçants, de maquillages outranciers, mais aussi de doigts d’honneur, de mouvements de recul et de regards agressifs, qu’il postait régulièrement sur son site internet. Sur les réseaux sociaux ou dans la presse des pays du Golfe, ses images ont fait l’objet de vives critiques pour diffusion sans autorisation. Mais l’Écossais s’amuse de la controverse : « Ils viennent ici parce que la loi et leur argent les autorisent à faire ce qu’ils veulent. Eh bien, la loi dit aussi que je peux les photographier comme je veux. »

À lire aussi dans notre sillon

Bluff bourguignon
(1/2). Alexandru va devenir le chauffeur d’un millionnaire ukrainien propriétaire d’un château en Bourgogne. Mais tout n’est qu’illusion.
Châtelains échaudés et acheteurs peu scrupuleux
Pour Marguerite de Mézerac, qui dirige le château de Canon, les familles doivent déployer beaucoup d’énergie pour sauver leur patrimoine.
Le chauffeur moldave, dindon de la farce
La journaliste Clara Hesse a couvert le procès du château de La Rochepot. Ses impressions sur les protagonistes de l’affaire.
À voir, à lire sur l’Ukraine et les gros bluffs
Un documentaire, une série, un article de notre collection pour prolonger la lecture de ce récit.
Les ultrariches descendent dans la rue
À Londres, le photographe de rue Dougie Wallace piste les élites traditionnelles et les nouveaux super-riches.
Explorer la thématique
Géographies
La forêt de Sologne en voie de privatisation
La forêt de Sologne en voie de privatisation
En Sologne, la forêt est à 90 % privée, et les chemins communaux qui les traversent le deviennent aussi petit à petit.
La révolution de mes 20 ans
La révolution de mes 20 ans
Vingt ans après, un paysan béarnais retourne au Chiapas pour voir comment le zapatisme a influencé la vie de son ami maya.
Terre et liberté, un combat ordinaire
Terre et liberté, un combat ordinaire
Retour à la terre, féminisme et lien viscéral à la nature : le paysan béarnais et le biologiste maya partagent toujours les mêmes idéaux.
Du Yucatan au Béarn, contre le libre-échange
Du Yucatan au Béarn, contre le libre-échange
Depuis les années 1990, les militants pour une agriculture et une économie respectueuses de l’humain partagent un terrain de luttes.
Zapotèques en fleurs
Zapotèques en fleurs
La photographe mexicaine Luvia Lazo immortalise les aïeux de la communauté zapotèque, documentant ainsi la transformation de sa culture.
La résistance biélorusse hors les murs
La résistance biélorusse hors les murs
Les opposants au dictateur biélorusse organisent, à leurs risques et périls, la révolution depuis la Lituanie.
Une babouchka contre Loukachenko
Une babouchka contre Loukachenko
La photographe biélorusse Tanya Tkachova dresse le portrait de la militante d’opposition Nina Baginskaya, devenue symbole de la révolution.
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
(1/2). Venus de France ou de Roumanie, de mystérieux instructeurs forment l’armée congolaise et gèrent la guerre contre le M23.
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
(2/2). Au bout de trois semaines d'approche, nos journalistes finissent par rencontrer Horatiu Potra, l’instructeur en chef des Roméo.
Kivu, terrain miné
Kivu, terrain miné
Le photographe américain Michael Christopher Brown documente le conflit dans l’est de la RDC depuis 2012.
La sélection de la rédaction
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Dans les méandres de l’Albarine, rivière à temps partiel
Reportage le long d'un cours d’eau intermittent jurassien, qui concentre sur 60 km de forts enjeux écologiques et de politiques publiques.
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
« L’hydroélectricité a été perçue comme un progrès »
L’énergie hydraulique n'a jamais divisé autant que les énergies fossiles, selon Julien Marchesi, spécialiste en histoire environnementale.
Histoires d’eau
Histoires d’eau
Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’eau qu’il n’y a pas de rivière, a découvert la journaliste Catherine de Coppet.
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
La Vjosa, dernier fleuve sauvage
Déambulation avec les photographes Manuela Schirra et Fabrizio Giraldi sur le dernier fleuve européen vierge de toute intervention humaine.