« Fasciné par le clair-obscur de Rembrandt »

Écrit par Camille Drouet Chades Photos par Rubén Salgado Escudero
Le photographe Rubén Salgado Escudero raconte pourquoi ce projet l’a autant inspiré. Tout a commencé en sillonnant la campagne birmane il y a plus de dix ans.
Birmanie, 2014. Grâce à l’éclairage solaire, le jeune Maung Ko peut traire ses vaches tôt le matin ou après la tombée de la nuit.

Nous sommes en 2012. La Birmanie vient de se débarrasser officiellement de la junte militaire qui brutalisait le pays depuis des décennies. Rubén Salgado Escudero quitte Berlin et dix ans de carrière dans l’animation 3D et le jeu vidéo, direction Rangoun « pour assouvir [sa] passion de la photographie, et documenter l’ouverture de la Birmanie ». Sa première commande, pour les Nations unies, lui permet de sillonner les zones rurales. « Dans ces régions, presque personne n’a accès à l’électricité, se rend compte le photographe espagnol. À la tombée de la nuit, la population allume des bougies et des lanternes, dangereuses et coûteuses, ou des lampes au kérosène, toxiques. »

Une journée sans électricité se termine avec le coucher du soleil. Et cela nuit à la vie familiale : les habitants passent peu de temps ensemble, les journées étant dédiées au travail ou aux études. Pour les plus jeunes, faire ses devoirs relève de l’exploit. « La lumière devient parfois aussi une question de vie ou de mort : comment soigner dans le noir ? Gérer un accouchement, une blessure ? » Au bout de deux semaines, le photographe rencontre une famille qui dispose d’un petit panneau solaire sur le toit de sa maison : « Leur qualité de vie était incroyablement supérieure à celle de leurs voisins. J’ai demandé à les prendre en photo. » Dehors, par une nuit d’encre, le fermier pose avec sa vache. Comme éclairage, Rubén Salgado Escudero ne dispose que des LED de la maisonnée, chargées grâce à leur panneau. « Ces ampoules donnaient une lumière particulière. »

Un langage visuel d’il y a 400 ans

De retour à la capitale, il achète un panneau, des ampoules, et fait des essais. La série « Solar Portraits » vient de voir le jour. « J’ai étudié les Beaux-Arts aux États-Unis et j’étais fasciné par la technique du clair-obscur, le jeu entre ombre et brillance dans les toiles du Caravage, de Rembrandt. J’ai voulu recréer cette ambiance, faire des portraits pour raconter l’impact d’une technologie moderne, mais en utilisant un langage visuel d’il y a quatre cents ans. »

Le projet – toujours en cours – a mené Rubén Salgado Escudero dans huit pays, sur cinq continents. Son but : « Raconter l’énergie solaire non avec des statistiques, mais du point de vue de ceux qui l’utilisent au quotidien. » Pour les rencontrer, le photographe se rapproche des ONG qui installent ces dispositifs portatifs dans les familles. « Elles me présentent, puis je reste plusieurs jours à discuter. Je demande aux gens : “Comment ces ampoules ont changé votre vie ?” Leur réponse constitue le point de départ de ma photo. Leur vécu détermine les éléments du décor. » Résultat : des photos à la fois documentaires et artistiques.

« Mon objectif n’est ni de faire du photojournalisme pur et dur ni d’apporter moi-même la lumière. Je vais dans des endroits déjà équipés. » Depuis 2018, ce travail revêt toutefois une dimension humanitaire. Dans les villages qu’il photographie, l’Espagnol parle développement durable dans les écoles ou distribue des kits permettant aux enfants de réaliser leurs propres lampes solaires. « Cette technologie n’est pas parfaite, notamment à cause des batteries au lithium. Mais cela reste une solution plutôt écologique. Et elle change, de façon tangible et rapide, la qualité de vie de communautés entières. »

À lire aussi dans notre sillon

Et la lumière nomade fut
Dans des communautés vivant sans électricité, le photographe Rubén Salgado Escudero capte la révolution que représentent les kits solaires.
Ohm Énergie, l’entreprise qui voulait perdre des clients
Ohm Énergie (1/2). Comment le fournisseur d’électricité a-t-il engrangé des bénéfices records sur le dos d’EDF ? Enquête.
« C’est bien parce que c’est légal que c’est un scandale »
Le journaliste Clément Fayol raconte l’origine de son investigation, menée avec le magazine de France 2 « Complément d’enquête ».
« Nous déconseillons les comparateurs de prix en ligne »
François Carlier, de l’association de consommateurs CLCV, pointe du doigt des plates-formes mal encadrées, qui s’avèrent trompeuses.
À voir, à lire sur l’énergie et la finance
Un film, un podcast, une vidéo pour prolonger la lecture de ce récit.
Explorer la thématique
Géographies
La résistance biélorusse hors les murs
La résistance biélorusse hors les murs
Les opposants au dictateur biélorusse organisent, à leurs risques et périls, la révolution depuis la Lituanie.
Une babouchka contre Loukachenko
Une babouchka contre Loukachenko
La photographe biélorusse Tanya Tkachova dresse le portrait de la militante d’opposition Nina Baginskaya, devenue symbole de la révolution.
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
De France et de Roumanie, ils viennent former l’armée
(1/2). Venus de France ou de Roumanie, de mystérieux instructeurs forment l’armée congolaise et gèrent la guerre contre le M23.
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
En tête-à-tête avec Horatiu Potra
(2/2). Au bout de trois semaines d'approche, nos journalistes finissent par rencontrer Horatiu Potra, l’instructeur en chef des Roméo.
Kivu, terrain miné
Kivu, terrain miné
Le photographe américain Michael Christopher Brown documente le conflit dans l’est de la RDC depuis 2012.
Le fil français se refait
Le fil français se refait
Le photographe Raphaël Helle est revenu à son premier amour, l’industrie textile, qu’il a documenté pour la Grande Commande de la BNF.
Avec les repentis de Boko Haram
Avec les repentis de Boko Haram
Au Niger, la photographe Bénédicte Kurzen a pénétré dans un camp de déradicalisation à destination d’ex-combattants de la secte.
La nuit où tout a basculé à Niamey
La nuit où tout a basculé à Niamey
Bazoum (1/2). Le 26 juillet 2023, le président nigérien est renversé. Récit d’une débâcle française au Sahel.
À l’aube, rien ne va plus au Sahel
À l’aube, rien ne va plus au Sahel
Bazoum (2/2). Si Paris ne réagit pas, le Niger, dernier allié de la France dans la région, pourrait entrer dans une période d’incertitudes.
Pourquoi le Niger a-t-il déserté sa Transsaharienne ?
Pourquoi le Niger a-t-il déserté sa Transsaharienne ?
Le tronçon de route Agadez-Arlit aurait dû être la voie de tous les espoirs. Il incarne le déclin des rêves industriels post-coloniaux.
La sélection de la rédaction
La résistance biélorusse hors les murs
La résistance biélorusse hors les murs
Les opposants au dictateur biélorusse organisent, à leurs risques et périls, la révolution depuis la Lituanie.
Mauvaise nouvelle pour les tyrans
Mauvaise nouvelle pour les tyrans
Arthur Sarradin observe, au fil de ses reportages au cœur des soulèvements populaires, la mondialisation des codes de la révolution.
Confidences d’une présidente en exil
Confidences d’une présidente en exil
Arrêtée par le KGB après l’élection présidentielle biélorusse de 2020, la candidate Svetlana Tikhanovskaïa poursuit le combat en exil.
Une babouchka contre Loukachenko
Une babouchka contre Loukachenko
La photographe biélorusse Tanya Tkachova dresse le portrait de la militante d’opposition Nina Baginskaya, devenue symbole de la révolution.